"Le petit chaperon rouge veut être repère dans la nuit Ainsi étant Fille je me glisse dans cet objet pour devenir météore métaphore moyen de transport De là en petit chaperon rouge je vois une trajectoire à travers cette lignée de femmes d’où je suis née Ainsi j’espère m’en extraire Faire histoire établir mémoire poser de côté ce visage cette vie qu’on ne les oublie pas qu’on ne les laisse pas errer informes dans la mer de l’oubli"
                                                                                            
                                                                     
Extrait de Vieille Petite Fille de Juliette Riedler

DSC_7123.jpg

Photo Kevin Lebrun

Vieille Petite Fille

Variation autour du Petit Chaperon Rouge

 

Texte 

Juliette Riedler

Mise en scène

 Floriane Comméléran

Jeu

Anthony Audoux, Laure Blatter et

Edith Proust

Composition musicale

Antoine Françoise

*

Création au Festival Lynceus 2022

« Toute mère est sauvage. Sauvage en tant qu’elle fait le serment, inconsciemment, de garder toujours en elle son enfant. De garder inaltéré le lien qui l’unit à son enfant dans cet espace matriciel à laquelle elle-même, petite fut livrée. Ce serment se perpétue ainsi, secrètement, jusqu’à l’étouffement et parfois même le meurtre, si de la différence ne vient pas en ouvrir le cercle, et briser l’enchantement. C’est ce serment, que doit rompre l’enfant pour devenir lui-même, accéder à sa vérité.»

Anne Dufourmantelle, La Sauvagerie maternelle

Quelle serait alors la sauvagerie de l’enfance ? Quand celle-ci prendrait-elle fin, si tant est qu’elle puisse finir, disparaître totalement ? Le sauvage provient de nos régions profondes et inexplorées de l’inconscient. Il s’immisce sans cesse dans nos vies, dans nos relations, dans nos rêves mais aussi dans nos histoires et nos contes souvent figuré par la présence récurrente de l’animal auquel l’enfant doit faire face. Le sauvage est cette part indomptable de l’enfance qui resurgit toujours, inextricablement reliée au désir, à la pulsion, à la vie, à cette mémoire sous la peau. Les contes racontent ça, comment passe-t-on de l’état sauvage de l’enfance à celui d’adulte civilisé ? L’histoire du Petit Chaperon rouge symbolise ce passage, cette séparation de l’enfance à l’adolescence par l’apprentissage des normes sociales. Le Petit Chaperon rouge fait l’expérience de la socialisation et de la condition féminines à travers une succession de rites de passage enseignés par les femmes. Etymologiquement sauvage provient de silvaticus qui signifie la forêt, ce qui est fait pour le bois. Dans Vieille Petite Fille, Juliette Riedler opère une transposition géographique et symbolique vis-à-vis du célèbre conte, on passe du lieu de la forêt à celui de la mer. Ce qui relevait d’une présence obscure, du caché de la forêt, de l’opacité du désir est rendu ici visible. Il n’en reste pas moins qu’une forme de sauvagerie, celle de l’insoumission, jaillisse du texte avec autant de poésie que d’humour. La sauvagerie ici serait contenue dans les liens familiaux, dans la maladie, dans la peur de la répétition, dans la brutalité du désir quand celui-ci ne peut s’exprimer que passivement et dans les injonctions sociétales où séduire rime avec subir. Vieille Petite Fille est le récit d’émancipation d’une jeune femme qui tente de s’affranchir de son destin féminin et familial pour découvrir sa liberté propre afin d’éviter que la dévoration de soi et l’histoire familiale ne se répètent et ne se métastasent dans tous les recoins de son existence. C’est l’histoire d’une trajectoire. En ce sens, j’ai choisi de situer l’action dans trois lieux différents et de matérialiser ainsi ce trajet par une itinérance du public, itinérance qui marque la succession d’étapes et de déplacements à faire, tant physiques que symboliques pour s’extraire des chemins tracés. Parce qu’il est question de ça dans le conte comme dans cette réécriture, de chemins à emprunter et de choix à faire. Quel chemin prendre pour déjouer le conte, pour déjouer ce qui est déjà écrit avant même qu’on ne l’ait véritablement décidé ? Quel serment faire avec soi pour devenir soi, accéder à sa vérité et ne jamais céder sur son désir ?

Floriane Comméléran