“Dans la réalité concrète du monde d’aujourd’hui,(...), les lieux et les non-lieux s’enchevêtrent, s’interpénètrent. La possibilité du non-lieu n’est jamais absente de quelque lieu que ce soit. Le retour au lieu est le recours de celui qui fréquente les non-lieux”.

                      Marc Augé

Roissy - Epanouissement de la fin des temps

Réalisation : Floriane Comméléran à partir du concept des non-lieux de Marc Augé

Cheffe opératrice : Camille Ayme 

Texte : Jean-Pierre Vernant, "La traversée des frontières" au Seuil, 2004

Voix : Malik Faraoun

*

Qu’est une surface ? Un espace ? Et un lieu ?

Comment habitons-nous notre propre corps et les lieux que nous traversons ? 

À travers la mise en relation du texte de Jean-Pierre Vernant et de la pensée de l’anthropologue Marc Augé, ce film interroge d’un point de vue critique le monde de la sur-modernité, la relation - entre dualisme et porosité - des concepts de lieux et de non-lieux, mais aussi notre rapport archaïque au dehors et au dedans.

243395852_10222499592490907_3185082983523120298_n.jpg

Les Voix illimitées 

Conception et réalisation des portraits : Floriane Comméléran

Scénographie : Cecilia Galli

 Lire est une présence et pourtant la voix physique de l’auteur ou de l'autrice y est absente. Peut-être est-ce parce que dans les pages du livre, quelle que soit sa nature (essayiste, poétique, romanesque, philosophique etc.) c’est avant tout nous-mêmes que nous lisons et nos propres voix que nous entendons. Il y a bien sûr la voix de l’auteur ou de l’autrice, celles des personnages, mais il y a aussi et surtout, toutes les voix de nos souvenirs qui reviennent et les voix de nos désirs qui s’activent. Toutes ces voix s’enchantent et finissent par dresser le portrait intime du lecteur et de la lectrice ! Le livre nous révèle, nous et nos pensées, nos secrets, nos voix intérieures les plus intimes, notre conception et relation au monde, aux événements qui nous entourent. 

À l’heure de la surenchère et de la domination de l’image ainsi que de l’hyperconnexion qui nous détournent de la solitude féconde du livre, ces témoignages sont une véritable invitation à la lecture, à la rêverie, à la poésie.